REVELATEUR.COM, c'est aussi des forums photos, des dizaines d'articles, des centaines de photographies.

      

Les articles
de REVELATEUR.COM.
 
discuter dans les forumsmateriel photoarticles photoles photosinscrivez-vous !
SE CONNECTER

La mesure de la lumière.  

Résumé :  La mesure de l'exposition est au centre de la photographie. C'est cette mesure qui va permettre d'obtenir des photos splendides alors que d'autres mal exposées auraient pu être tout juste fades. Les photographes du passé avaient une règle assez e
   - 1 mesurer la lumière. (1/1). 

mesurer la lumière. (1/1)  

La mesure de l'exposition est au centre de la photographie. C'est cette mesure qui va permettre d'obtenir des photos splendides alors que d'autres mal exposées auraient pu être tout juste fades. Les photographes du passé avaient une règle assez empirique.. En plein soleil, l’exposition est de 1/125eme de seconde, avec un film de 125 ISO et à f/16. C’est ce qu’ils appelaient la règle des f/16.

Aujourd’hui, cette règle est toujours d’actualité, mais les films, et les capteurs numériques, sont beaucoup plus sensibles aux dérives du temps d’exposition. Le monde réel contient un éventail de tonalités que vous cherchez à représenter sur le film. Pour les représenter, vous devez prendre une décision artistique pour savoir où vous placez ces tonalités. Un certain nombre de détails sera inévitablement perdu, comme par exemple les couleurs qui sont distinguables dans le monde réel et qui ne sont pas représenté de la même manière sur le film.

Les appareils-photo modernes 35mm sont munis d’un nombre impressionnant de boutons. Mais seulement trois commandes affectent l'image sur le film : foyer, ouverture, et vitesse d'obturateur. Les deux commandes qui affectent l'exposition sont la vitesse d'ouverture et d'obturateur.

Ouverture

Si ni le sujet ni l'appareil photo ne se déplacent, la vitesse d'obturateur n'est pas très importante. L'ouverture, cependant, affecte la profondeur de champ.

Qu’est-ce que l’ouverture et pourquoi est-il utile de la modifier ?
L'ouverture est le degré auquel l'iris (ou le diaphragme) à l'intérieur de l'objectif est ouvert. Des objectifs sont conçus pour des possibilités d’ouverture maximales. Le diaphragme fonctionne comme l'iris de votre oeil; il peut être fermé pour bloquer une partie de la lumière venant de la lentille frontale. Les objectifs lumineux coûtent chers et pèsent lourd, pourquoi voudriez-vous gâcher certaines de ces possibilités loin?

La première raison pour fermer le diaphragme d'un objectif est que le sujet peut être simplement trop lumineux. Si vous employez un film sensible et avez un obturateur lent, employer une plus petite ouverture est la seule manière d'empêcher la lumière de surexposer le film.

Une raison plus intéressante de fermer le diaphragme est le réglage de la profondeur de champ. Supposez que l'objectif ait une ouverture maximum de f/2. Ce nombre est la longueur focale de l’objectif divisée par le diamètre de l'ouverture de la lentille d’entrée. Ainsi pour un objectif de 100mm, il faudrait une lentille de 50mm pour avoir une telle ouverture. La profondeur du champ sera faible. Seulement, si, l'objet que vous voulez prendre en photo est de grande taille, certaines partie de cet objet seront hors focale. La gamme des distances pour lesquelles les objets sont suffisamment nets s'appelle la "profondeur de champ". Notez le mot " suffisamment " dans la définition. Ce qui est suffisant pour un agrandissement 20x30 vu à travers une salle ne peut pas être acceptable pour le même agrandissement vu à 50 cm. Ce qui est acceptable dans un agrandissement 20x30 vu à 50 cm ne peut pas être acceptable dans une copie 30x40 vue à bout de bras.

Si vous voulez que plus d'objets dans la scène soient suffisamment nets, vous devez régler l'objectif à une plus petite ouverture, par exemple, f/16 ou f/22. Cette nomenclature est un peu perturbant pour des débutants parce qu'une plus petite ouverture signifie que la longueur d'objectif divisée par le diamètre d'ouverture devient plus grande, donnant un nombre f plus grand. Plus perturbant encore est le fait que des objectifs soient calibrés avec une succession étrange de nombres : 1,4, 2,0, 2,8, 4,0, 5,6, 8,0, 11, 16, 22, 32, 45, 64. Chaque chiffre correspond à la moitié de la lumière par rapport à son prédécesseur. C’est parce que la quantité de lumière est proportionnelle à une surface… Donc pour obtenir le nombre suivant, on multiplie par la racine de 2, soit 1,414.

La meilleure manière de vérifier la profondeur de champ est mettre votre appareil photo sur un trépied et d'exposer la même image à différentes ouvertures. Vous verrez alors la profondeur de champ évoluer…

Si vous employez un appareil-photo réflexe simple objectif, où ce que vous voyez par le viseur est ce que le film verra après que le miroir de visée se soit levé, vous pouvez être surpris avec les diaphragmes. En effet, même si vous tournez la bague d'ouverture sur l'objectif, l’image demeure toujours aussi lumineuse dans le viseur.
D'ailleurs, la profondeur de champ ne se modifie pas non plus. C’est que vous utilisez un objectif avec un diaphragme automatique, qui sont disponibles depuis les années 60. Le diaphragme sera fermé à sa valeur juste avant la prise de vue, en même temps que le miroir se relève. Le diaphragme est maintenu grand ouvert pour que la visée soit plus facile. Pour voir ce que le film verra, vous devez utiliser le bouton de test de profondeur de champ. Ceci n’est possible qu’avec un verre de visée de qualité sur les appareils photos hauts de gamme. Ce bouton de test de profondeur de champ n’existe pas toujours…

Vitesse d'obturateur

La vitesse de l’obturateur va dépendre de deux critères : la luminosité ambiante, et l’ouverture de l’objectif. L’ouverture est connue, mais la luminosité ambiante est inconnue. Il faut pour cela un instrument qui permette la mesure de l’exposition, et donne une valeur de vitesse d’obturation en fonction d’un diaphragme donné : le posemètre.

Un appareil photo avec mesure de lumière intégrée peut faire ce calcul pour vous. Les photographes professionnels emploient le plus souvent un mode d'exposition appelé exposition à priorité d’ouverture. Le photographe sélectionne l'ouverture et l'appareil photo sélectionne la vitesse d'obturateur.

La vitesse d'obturateur l'appareil photo est-elle importante ? Non, pas aussi longtemps que ni l'appareil photo ni le sujet ne se déplace. La plupart des sujets ne pourront pas se tenir immobile pour exposition de 1/2 la seconde ou plus. Le photographe devra ouvrir l'ouverture jusqu'à ce que la vitesse d'obturateur soit au-dessus du 1/15eme de seconde ou plus rapide. Si le photographe tient à la main son appareil photo, c’est à dire sans trépied, le 1/15eme sera sans aucun doute trop long, et il en résultera un flou de bougé. Avec un objectif normal, la règle générale conseille employer des vitesses d'obturateur de 1/60eme ou plus rapides. De plus longs objectifs agrandissent le sujet mais ils agrandissent également la secousse de l’appareil photo. La règle traditionnelle pour la photographie à main levée est d’employer des vitesses d'obturateur au moins égales a 1/focale. Ainsi, si vous avez un objectif de 250mm vous emploieriez des vitesses d'obturateur de 1/250eme ou moins. Vous serez bien avisés d'employer des vitesses plus rapides si vous avez l'intention de faire de grands agrandissements à partir de vos originaux. Vous pouvez partir avec des vitesses plus lentes d'obturateur si vous vous calez vous-même contre un support solide, vous posez l’objectif sur un objet, ou vous utilisez un objectif avec la stabilisation électronique d'image.

Il y a des raisons esthétiques d'employer différentes vitesses d'obturateur. Si vous prenez une photo de quelque chose qui se déplace et que voulez montrer le mouvement, vous aurez besoin d'une vitesse d'obturateur assez lente. Si vous prenez une photo de quelque chose qui se déplace et voulez geler le mouvement, vous aurez besoin d'une vitesse d'obturateur très rapide, la vitesse exacte selon la vitesse avec laquelle votre sujet se déplace et si la direction de déplacement est en direction de l'appareil photo ou en longueur à travers l'armature (note: La meilleure manière de geler le mouvement est d’utiliser un flash électronique, qui est réellement une lumière courte; un flash bon marché peut avoir une durée aussi courte que la 1/30,000eme de seconde).

Si vous êtes intéressé par le flou ou vous désirez arrêter un mouvement sur le film, réglez d’abord la vitesse d'obturateur. Si vous êtes intéressé par ce qui sera net, réglez d’abord l'ouverture.

Estimer la lumière

Comment savez-vous que le bon nombre de photons va exposer le film de sorte que votre résultat ne soit pas complètement noir (sous-exposition) ou complètement blanc (surexposition) ? Les vieux photographes employant le film négatif noir et blanc estimeraient simplement l'exposition de leur expérience. Ils réglaient ensuite les différences d’exposition avec le tirage dans leur chambre noire.

Le RTFM est une technique légèrement plus précise. Voici les instructions données avec la Velvia 100f (100ISO) mais qui sont valable avec tous les films 100 ISO : "employez ouvertures ci dessous pour exposer les sujets entre 2 heures après lever de soleil et 2 heures avant coucher du soleil."Avec une vitesse d’obturateur de 1/250 sec.

Mer, neige, en plein soleil : f/16
Plein soleil : f/11
Soleil : f/8
Soleil voilé : f/5.6
Nuages : f/4

Des recommandations plus raffinées pour une plus grande variété de conditions peuvent être trouvées dans le guide professionnel de la photo de Kodak. Cela fonctionne-t-il de lire simplement ces instructions et de les suivre du mieux vous pouvez ? Tout à fait bien avec le film négatif; assez peu avec un film diapo ; pas du tout en utilisant le flash électronique.

La mesure de la lumière.

Fondamentalement, une mesure d'exposition peut être effectuée de deux manières.

La première consiste à mesurer la lumière arrivant sur le sujet que vous prévoyez de photographier : C’est la mesure incidente.

La seconde mesure la lumière se dégageant du sujet dans la direction de l'objectif : c’est la mesure réfléchie. Le posemètre donne au photographe un choix entre ces deux méthodes. L’appareil photo peut mesurer uniquement la lumière réfléchie.

Les deux types de mesure recommandent une combinaison d’ouverture et d'obturateur au photographe qui emploiera alors cette combinaison pour exposer le film.

Le capteur du posemètre incident peut ne pas capter la lumière exactement à la manière de la combinaison de l'objectif et de l’appareil photo. Supposez que vous preniez différents portraits d’une même personne. Vous mesurez la lumière réfléchie provenant d’une chemise blanche et réglez l'appareil photo avec les résultats de cette mesure. Vous recommencez la manœuvre en prenant la mesure de la lumière dans les cheveux noirs du sujet. Vous constatez que beaucoup moins de lumière est réfléchie par les cheveux que par la chemise. Ainsi le posemètre réfléchi recommande une ouverture plus grande ou plus petite selon l’endroit de la prise de lumière. Si vous aviez utilisé un posemètre incident, il aurait recommandé la même exposition pour les deux portraits. Après tout, la même quantité de lumière arrivait sur la personne, donc vous deviez utiliser les même réglages de l’appareil photo.

La mesure réfléchie prend donc en compte la couleur du modèle.

Le posemètre réfléchi ne peut pas savoir que les cheveux sont noirs ou que la chemise est blanche. Quand vous l'avez dirigé sur la chemise, il a supposé que la lumière était plus forte. Quand vous l'avez dirigé sur les cheveux il a supposé que le ciel était devenu plus nuageux. En fait le posemètre considère que l’objet que vous prenez en photo était de couleur grise à 18 % (c’est à dire un gris moyen pour l’œil)

C’est presque vrai pour une peau bronzée, mais c’est faux pour la chemise blanche ou les cheveux. Il faut donc prendre en compte la luminosité du sujet que l’on prend en photo. Par exemple, si on fait la mesure de lumière dans un paysage plein de neige, et que l’on ne fait aucune correction au résultat, la neige aura un aspect complètement gris…

Conclusion

La mesure de la lumière est donc un problème très complexe… Cet article est une introduction à cette mesure. L’intérêt des appareils photos numériques est de pouvoir voir le résultat assez rapidement, et de recommencer si nécessaire. Les systèmes de mesure de la lumière des appareils photos récents sont assez fiables, mais ne permettent pas au photographe de connaître exactement le résultat qu’il va obtenir.

Des techniques telles que le zone système existent pour effectuer des mesures de lumières parfaites en fonction de ce que l’on veut obtenir, mais elles sont techniques et demandent une bonne connaissance de la photographie, et une bonne assimilation des notions présentées dans cet article. Elles seront présentées dans un autre article prochainement.

N’hésitez pas à laisser des commentaires, en cas de doute, ou de remarque sur cet article. Je répondrais au plus vite.





Voir la liste de tous les articles

Inconnu - 06/09/2004 16:05
Merci pour cet article très interressant. Ma question est peut être hors sujet : je recherche un posemetre qui permette de mesurer dee éclairages très faibles (photo de nuit). Quelles doivent-être sees caractéristiques ? Merci Olivier.rr
Hondermarck - 06/09/2004 19:33
Un posemètre qui peut faire des mesures de nuit doit avoir un champ de mesure en EV le plus bas possible. La cellule la plus réputée pour prendre des photos de nuit est la lunasix. Evidement, ce n'est pas un spotmètre, mais cette cellule est spécifiquement prévue pour cet usage. >>>>> http://www.revelateur.com/materiel/fiches/Gossen-Lunasix-3S.php
Inconnu - 12/12/2004 16:55
A quand le complément sur cet article? je suis impatient

  S'inscrire
Exposez vos photos sur Revelateur.com, participez au forum, posez des questions, recevez la Newsletter. S'inscrire, c'est devenir membre d'une communauté en plein developpement... Pour progresser ou faire progresser les autres en photographie.

Une fois le formulaire rempli, Vous recevrez un mail quelques secondes après. Cliquez sur le lien fourni dans le mail pour confirmer votre inscription.
Choisissez un pseudo :
Choisissez un mot de passe :
Confirmez le mot de passe :
Vous êtes : -
Votre adresse mail :
Votre adresse n'est pas publique et ne sera pas cédée à des tiers.
Recevoir la newsletter (1 envoi par mois)




| revenir à l'accueil | Forums | Le matériel | Les marques | Les photos |




Le numérique full frame, c'est ici ! Tous droits réservés sur textes et images - 2004 - 2009 - le 20/11/2019 à 02:05:00 - REVELATEUR.COM - Conçu et réalisé par Laurent HONDERMARCK.